Les 4 scherzi  

Frédéric Chopin
Les 4 scherzi

Regina Albrink, piano

VOL GR 012

Prix d'un CD : 6.90 €


Ecouter un échantillon de toutes les pistes :

Piste, Titre Ecouter Caddie
01. Scherzo op. 31, en si bémol mineur (b flat minor, b-moll) (9:50) 0.59
02. Etude op. 25, n° 7 en do dièse mineur (c sharp minor, cis-moll) (5:52) 0.49
03. Scherzo op. 20, en si mineur (b minor, h-moll) (9:40) 0.59
04. Romance du concerto n°1, op.11, d’après Balakirev (10:06) 0.49
05. Scherzo op. 39, en do dièse mineur (c sharp minor, cis-moll) (7:21) 0.49
06. Berceuse op. 57, en ré bémol majeur (D flat major, Des-Dur) (4:31) 0.49
07. Scherzo op. 54, en mi majeur (E major, E-dur) (11:16) 0.59
08. Grande valse brillante op. 34, n°1 , en la bémol majeur (A flat major, As-Dur) (6:25) 0.49

Temps Total 1:03:24

Frédéric Chopin (1810-1849) a composé quatre scherzi bien distincts, et à chaque fois il a créé un contenu bien nouveau pour une forme musicale établie depuis longtemps. Ici, nous sommes loin d’une musique qui pourrait remplacer un menuet dans une symphonie ou une sonate, et encore plus de la signification originale du mot "scherzo", plaisanterie. Comment se vêtirait le sérieux, se demanda Schumann, si la plaisanterie est déjà vêtue en voiles noirs?

Au delà de leurs textures éblouissantes et de leurs lignes mélodiques se développant en profondeur, ces compositions doivent leur impact à la connaissance intime de la tradition par Frédéric Chopin. Par exemple, il organise la progression vers les points culminants impressionnants dans le deuxième et le troisième scherzo en utilisant la relation dominante - tonique qui est la pièce principale dans la forme classique de la sonate.

Le premier scherzo, opus 20, fut publié à Londres comme "Le Banquet infernal". Les premières notes de la mélodie du trio proviennent d’un chant de Noël polonais : "Lulajze Jezuniu, lulajze, lulaj", dors, petit Jesus, dors.

Le deuxième scherzo, opus 31, fut baptisé en Angleterre "La Méditation". ( Wessel, l’éditeur londonnais de Chopin, pensait que de tels titres étaient indispensables pour la vente des œuvres de Chopin. ) C’est le scherzo dont on dit qu’il fut "profané et bridé par les mains des gouvernantes" ( en tant qu’enseignantes de piano ).

Le troisième scherzo, opus 39, fut dédié au pianiste allemand Adolf Gutmann qui avait été élève de Frédéric Chopin depuis l’âge de quinze ans. Selon un autre élève de Chopin, Wilhelm von Lenz, Gutmann avait la force de faire un trou dans une table avec l’accord de la main gauche dans la sixième mesure : un accord large que beaucoup de pianistes ne peuvent même pas placer. Quand Moscheles rendit visite à Frédéric Chopin en 1840, celui-ci se sentait trop faible pour jouer, et ce fut à Gutmann à exécuter l’opus 39, à peine fini.

Le quatrième scherzo, opus 54, mène la polyphonie du deuxième à des hauteurs que le XIXe siècle ne semblait pas apprécier pleinement. Saint-Saëns (qui ne s’est jamais pardonné d’avoir obéi à l’interdiction de son maître d’aller écouter jouer Chopin) a cité son thème principal dans le deuxième mouvement de son deuxième concerto pour piano.

La romance de l'opus 11 est une transcription pour piano solo du deuxième mouvement du premier concerto pour piano et orchestre de Frédéric Chopin. Nous devons cette transcription au compositeur russe Mili Balakirev (1837-1910) qui l’a écrite en 1905. Plus tard, lors du centenaire de la naissance de Chopin, Balakirev a aussi révisé l'orchestration de l'opus 11 faite par Chopin et arrangé pour orchestre plusieurs de ses pièces pour piano seul.