The Best of Gottschalk  

Louis Moreau Gottschalk
The Best of Gottschalk

Regina Albrink, piano


VOL IC 213

Prix d'un CD : 8.90 €


Ecouter un échantillon de toutes les pistes :

Piste, Titre Ecouter Caddie
01. Souvenirs d'Andalousie (caprice de concert) (3:55) 0.49
02. O, ma charmante, épargnez-moi! (caprice) (3:08) 0.49
03. The Banjo, grotesque fantasie (American sketch) (3:40) 0.49
04. Berceuse (cradle-song) (6:03) 0.49
05. Le Bananier (chanson nègre) (2:52) 0.49
06. Le Mancenillier (sérénade) (5:05) 0.49
07. Tournament Galop (2:59) 0.49
08. The Last Hope (religious meditation) (6:25) 0.49
09. Bamboula (danse de nègres) (7:31) 0.49
10. La Savane (ballade créole) (6:23) 0.49
11. Grand Scherzo (4:41) 0.49
12. Souvenir de Porto Rico, (marche des gibaros) (5:34) 0.49
13. Manchega (étude de concert) (3:52) 0.49
14. Morte!! (she is dead) - lamentation (6:53) 0.49

Temps Total 1:08:53

En tant que compositeur Louis Moreau Gottschalk a su structurer des éléments folkloriques dans un style original et accessible et les intégrer dans ses oeuvres sans perdre leur force émotionnelle. Il a utilisé les mélodies et les rythmes des Noirs et des Créoles de son pays natal : ont été ainsi créés Le bananier, Bamboula et La Savane. Louis Moreau Gottschalk a également assimilé d'autres influences locales lors de ses longs séjours en Europe (Souvenirs d'Andalousie), aux Etats Unis (The banjo) et dans les Caraïbes (Le Mancenillier), qu'il s'agisse de rythmes complexes sud-américains ou d'images de son vécu comme Souvenir de Porto Rico.

Louis Moreau Gottschalk était du côté de Lincoln contre l'esclavage et il composait durant la guerre civile des oeuvres comme The Union. Il se voyait comme un ambassadeur culturel entre les Amériques. En dehors de plusieurs douzaines de pièces pour piano, il a composé deux symphonies, un opéra, des pièces à quatre mains et de la musique pour orchestre et piano.

Par l'intégration d'éléments populaires, son oeuvre ouvre une perspective dans la musique américaine : anticipation d'éléments de jazz, du ragtime, mais aussi de la musique du monde. Louis Moreau Gottschalk était un maître du show (par exemple à travers les représentations gigantesques de son Triumphal Hymn and the Champêtre cubaine avec des centaines d'exécutants sur scène), et un représentant de nouveaux développements musicaux ; il était ainsi difficile de le ranger dans une catégorie musicale européenne.

Les morceaux choisis ici, parlent, sonnent par eux-mêmes. Regina Albrink déploie à la fois avec grande virtuosité et simplicité la force rythmique et la beauté mélodieuse de cette musique, sa richesse, son énergie, mais aussi son élégance et sa tendresse (par ex. dans Morte).

Duken de Reen